Bienvenue sur le site internet présentant 

LE CHATEAU DE BELLEVUE (A MEUDON)




Venez découvrir le château disparu ayant appartenu à Mme de Pompadour, à Louis XV, puis à Mesdames, tantes de Louis XVI. 
 
 
 

LE PREMIER ETAGE 





LE PLAN



Plan du premier étage du château de Bellevue, daté vers ...... ?
Archives Nationales, légende de l'auteur, 19 mars 2011.








La Grande Antichambre du Roi



Localisation de la Grande Antichambre du Roi.
Schéma de l'auteur, supprimant le cloisonnement postérieur. Décembre 2011.

La pièce est située entre le Grand Degré et le Cabinet du Conseil.
Elle est éclairée par 5 fenêtres, et bénéficie d'une splendide vue sur la Seine.




Paul Biver (1933, p. 52) pense que les deux tableaux placés en dessus-de-porte,
dus à Claude Joseph Vernet, sont La Tempête ainsi que Le Calme du Louvre.


Dans ce cas, on peut lier ce choix à la présence de la Seine en contrebas.






Marine, le soir ou la tempête
Claude Joseph Vernet (1714-1789)
Paris, musée de la Marine, Dépôt du Louvre 5OA15 Photo RMN.
Mesures devant avoisinner les mesures du tableau suivant :
[Hauteur : 0.78 m. Longueur : 1.56 m.]





Port de mer, le midi ou le calme
Claude Joseph Vernet (1714-1789)
Paris, musée de la Marine, Dépôt du Louvre 5OA14 Photo RMN.
Mesures : Hauteur : 0.78 m. Longueur : 1.56 m.



 
La pièce comportait surtout des grands tableaux allant du lambris à la corniche. Il semble qu'il s'agisse de peintures allégoriques.
 
Paul Biver précise (p. 51) qu' "il n'est pas impossible que cette suite de peintures [les peintures allégoriques de l'Antichambre] ait comporté un tableau de Carle Van Loo", lequel représentait le sujet allégorique suivant : 

"Un sujet allégorique : Les Arts de Peinture, Sculpture et Architecture implorant le Destin pour arrêter la Parque prête à couper le fil de la vie de leur Protectrice, Madame la marquise de Pompadour".



 


Les Arts implorant la Destinée
d'épargner la vie de Mme de Pompadour
,
1764.

Peinture de Carle Van Loo (1705-1765) / Mesures : 81 cm x 66 cm
Pittsburg, The Frick Art Museum.
Image publiée dans le catalogue "La Volupté du Goût", Editions Somogy, 2008, p. 193.
 
L'hypothèse de Paul Biver ne semble pas être confortée par la faible taille du tableau, à moins que cette toile ait été installée en hauteur, au-dessus des miroirs ?
 

Penelope Hunter-Stiebel  ("La Volupté du Goût", 2008, p. 192.) précise que "les dimensions modestes de cette peinture indiquent cependant qu'elle était destinée à un espace privé et non public".







Le Cabinet du Conseil
 
Paul Biver précise (1933, p. 53) que, selon Hébert,
se trouvaient dans des cadres sculptés quatres toiles de Bon Boullogne, savoir :

 
L'enlèvement de Proserpine ;
Faut-il voir le tableau de l'enlèvement de Proserpine comme étant celui du musée d'Art et d'Histoire de Lisieux, attribué à Bon Boullogne ? Celui-ci mesure 61 cm de hauteur sur 78 cm de Longueur. MBA.97.17.1; 7 Cat. Deville (Ancien numéro).

Le jugement de Pâris ;

La naissance de Vénus ;

La naissance de Bacchus ;
Ce tableau serait-il celui du musée de Brou de Bourg-en-Bresse attribué à Bon Boullogne ? Celui-ci mesure 60 cm de hauteur sur 87 cm de Longueur. INV 853.7.

 

La naissance d'Adonis,
anciennement intitulé "la naissance de Bacchus"

Attribué à Bon Boullogne (?), musée de Brou, Bourg-en-Bresse. INV 853.7

Mesures : 60 sur 87 cm.


Ce qui est intéressant de noter, c'est que ces deux toiles - l'enlèvement et la naissance de Bacchus - sont de taille à peu près identique. Ce qui confirme leur présence ensemble dans une même pièce.
 
 
C'est que ce décor se devait d'être sérieux, eu égard à la fonction de la pièce. Point là de jeux d'enfants, comme on pouvait en trouver pour le Cabinet de Compagnie. 


 


La chambre de Louis XV


Détail du plan du premier étage sur la chambre de Louis XV

La chambre du Roi donne sur la Seine et Paris, éclairée par deux baies.







Dessin cité par Paul Biver, 1933.


Cette paroi nous montre les boiseries du côté de la rivière.
Seules ces deux baies éclairent la pièce.
La console visible sur le dessin existe t-elle encore ?








Dessin cité par Paul Biver, 1933.

Voici la paroi où est disposée la cheminée.
Un grand miroir la surmonte. Un même miroir devrait être installé en face.








Modélisation schématique de la chambre de Louis XV, vers 1755.
Réalisation de l'auteur, 5 février 2012, sur la base des dessins des Archives Nationales.

Cet essai schématique de restitution a le simple mérite
de nous redonner le volume général de la chambre de Louis XV.

Nous sommes ici placés tout près du lit du Roi.

La pièce ne recevait jamais les rayons du Soleil, puisque les baies sont placées au Nord.







Les tapisseries d'après Boucher

Deux peintures commandées à Boucher en 1752,
devant servir de cartons de tapisserie pour la chambre du roi,

représentent le lever du Soleil, ainsi que le coucher du Soleil.

Ces deux toiles sont conservées au sein de la prestigieuse Wallace Collection.




Le coucher du Soleil, 1752.
François Boucher (1703-1770)
Signature: "f. Boucher / 1752."
Mesures : 3,18 m de haut sur 2,61 m de large.
Wallace Collection, P486, Grand Staircase

Cette composition aurait pu être placée du côté du Cabinet doré, à l'Ouest.







Le lever du Soleil, 1753.
François Boucher (1703-1770)
Signature: "f. Boucher / 1753."
Mesures : 3,18 m de haut sur 2,61 m de large.
Wallace Collection, P485, Grand Staircase

Cette composition aurait pu être placée du côté du Cabinet du Conseil, à l'Est.







Les dessus-de-porte installés en 1768

La fiche de la Base Joconde mentionne qu'à l'origine,
le format de ces deux toiles était peut-être légèrement plus grand et de forme irrégulière.





Mars et Vénus surpris par Vulcain, par Louis LAGRENEE (1724-1805)
Commandé pour orner la chambre à coucher du Roi,
Tableau commandé en 1766 et installé en 1768.
Le tableau a été exposé au Salon de 1769

Musée du Louvre, Département des Peintures, RF 1983-77
Mesures : 1,21 m de diamètre







Psyché surprend l'Amour endormi, par Louis LAGRENEE (1724-1805)
Commandé pour orner la chambre à coucher du Roi,
Tableau commandé en 1766 et installé en 1768.
Le tableau a été exposé au Salon de 1769

Musée du Louvre, Département des Peintures, RF 1983-76
Mesures : 1,21 m de diamètre




Le troisième tableau de Lagrénée, Jupiter et Junon sur le Mont Ida,
commandé pour la même pièce et exposé au Salon de 1767 (no 20), aurait disparu.









L'Amour à l'affût, par Louis-Jean-François Lagrénée (1724-1805), 1779
Provient de la décoration de la chambre du roi à Bellevue

(81 cm x 65 cm) Vente aux enchères du 21 juin 2010,
Hôtel Drouot, acquis pour 109.588 €, Collection particulière

Nous pensons qu'il faut noter l'androgynéité de la représentation de l'Amour,
ce qui était de nature à plaire particulièrement à Louis XV,
dont Maurice Lever nous a dévoilé les goûts dans son Louis XV, libertin malgré lui.







La chapelle



Emplacement de la chapelle, ainsi que de l'antichambre en faisant fonction.
Archives Nationales.

La chapelle du château est située au centre du bâtiment.
La chapelle en elle-même est minuscule. Une sacristie est située tout près.

Ce système est très répandue aux XVIIe et XVIIIe siècles en France,
que l'on songe à l'Hôtel Tubeuf, rue Vivienne à Paris, pour le XVIIe siècle,
ou bien encore la chapelle du château de Petit-Bourg, pour le XVIIIe siècle.









La lumière du Monde, 1750
peint par François Boucher (1703-1770)
Conservé au Musée des Beaux-arts de Lyon (dépôt du Louvre en 1955)  INV MNR 823
Photo RMN - HST, 175 x 138 cm
 

Le tableau a été peint pour orner l'autel de la chapelle du premier étage. Une gravure de Fessard parue en 1761 en donne le sujet : la Lumière du monde. Transperçant les nuées, elle relie le monde divin et les réalités terrestres, symbolisées par la poule et les œufs du premier plan. Le traitement de cette lumière, qui rayonne en halo autour de l'enfant, estompe les formes et se fond dans les nuées, montre que François Boucher a su méditer la leçon des maîtres italiens, et tout particulièrement celle de Corrège.

L'œuvre marque une étape essentielle dans la carrière de l'artiste. Il répond ici à l'une des premières commandes de Madame de Pompadour, et réalise une composition religieuse de grand format, genre qu'il avait jusqu'ici peu pratiqué.

Peu après l'exposition de cette toile au Salon de 1750, Boucher obtint un logement au Louvre et la charge de Premier peintre du Roi.


 
Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement