Bienvenue sur le site internet présentant 

LE CHATEAU DE BELLEVUE (A MEUDON)




Venez découvrir le château disparu ayant appartenu à Mme de Pompadour, à Louis XV, puis à Mesdames, tantes de Louis XVI. 
 
 
 
 
 

CHRONOLOGIE


Restitution 3D de Bellevue en 1757. Vue depuis la Seine, avec le château et Brimborion aux pieds de la coline. 
Franck Devedjian & Hervé Grégoire, 2012. D.R. 
 




29 décembre 1721 : naissance de Mme de Pompadour à Paris.

1745 : Rencontre de Louis XV avec Mme de Pompadour.

juillet 1745 : Mme de pompadour devient marquise avec l'attribution du marquisat de Pompadour.

14 septembre 1745 : Mme de Pompadour est officiellement présentée à la Cour.


28 septembre 1748 : Ange-Jacques Gabriel, Premier Architecte du Roi, Charles Billaudel et Jean Garnier d'Isle, accompagnés de Matis, se transportent sur les terrois des seigneuries de Meudon et de Sèvres pour y estimer des terres appartenant à divers particuliers, que le roi se propose d'acquérir.

1748 : Louis XV achète le terrain de Bellevue, situé entre le château de Meudon et celui de Saint-Cloud.

1749 : Louis XV cède les terres acquises au profit de Mme de Pompadour. Celle-ci s'adresse à l'architecte Lassurance.

1750 : Achèvement des travaux du château de Bellevue. La même année, Mme de Pompadour fait l'acquisition en contrebas, près de la Seine, du petit pavillon appelé Brimborion.


17 mai 1752 : représentation à Bellevue devant le roi du Prince de Noisy, ballet héroique.

4 mars 1753 : représentation au théâtre du château, pour la clôture des spectacles, de Zélindor, Roi des Silphes ; ballet représenté devant le Roi. Les paroles sont de Moncrif et la musique de François Francoeur et François Rebel. Madame de Pompadour y chante Zélindor, Mme de Marchais le rôle de Zirphée et le comte de Clermont Zulim.

1753 : Louis XV achète pour la marquise de Pompadour l'hôtel d'Evreux, qui devient sa résidence parisienne.  (C'est aujourd'hui le palais de l'Elysée).

1757 : Mme de Pompadour vend au Roi le domaine de Bellevue pour une somme de 325.000 livres.

15 avril 1764 : mort de Mme de Pompadour à Versailles.

1767 : Anges-Jacques Gabriel construit deux ailes en retour au rez-de-chaussée du pavillon central.

1774 : mort de Louis XV à Versailles. Le château revient à ses filles, Mesdames Adélaïde, Sophie et Victoire, les tantes du nouveau roi Louis XVI.

1823 : démolition du château, à l'initiative du promoteur Achilles Guillaume.

A ce propos, M. Gérard Courchinoux, ancien président de l'Association Syndicale autorisée du Parc du château de Bellevue et ancien administrateur du Comité de sauvegarde des sites de Meudon, m'a indiqué ce qui suit, par mail en date du 11 juin 2012 :
"J'ai découvert (sans doute en Mairie de Meudon ) que le Sieur GUILLAUME , initiateur du premier morcellement du Parc après son acquisition, avait  des intérêts dans la société privée concessionnaire de l'établissement de la ligne de chemin de fer PARIS-VERSAILLES. Je crois me souvenir qu'il en était même administrateur.
 
A l'époque, le choix du tracé de cette ligne faisait débat. Il existait notamment un tracé longeant la Seine par le Bas-Meudon (comme le tramway actuel), contournant la butte de BRIMBORION à flanc de côteau avant de pénétrer dans la vallée de SEVRES.
 
Ce tracé avait l'avantage d'éviter de construire un viaduc coûteux au-dessus du VAL FLEURY, comme le prévoyait un projet concurrent.
 
C'est pourtant ce dernier projet qui a été adopté sur l'insistance du Sieur GUILLAUME, qui y a vu une occasion inespérée de faciliter la commercialisation de son lotissement en le faisant desservir par chemin de fer à partir de PARIS. 
 
Ceci explique en outre qu'une gare ait été spécialement créée à BELLEVUE, à proximité immédiate de son lotissement (donc plus près de l'avenue du 11 novembre que la gare actuelle créée lors de l'élargissement de la voie ferrée à la fin des années trente) et à une distance anormalement courte des gares voisines de MEUDON et de SEVRES-RIVE GAUCHE". 

1825 : le domaine est loti.

1838 : la ligne de chemin de fer traverse en plein milieu ce qui restait des jardins.

1925 : ultime lotissement du domaine par la compagnie Pharos.

Jusqu'en 1972, des vestiges disparaissent encore !



 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement